Qu’est-ce qu’un jeu pédagogique ? Apprendre et s’amuser.

Depuis une vingtaine d’années, les jeux pédagogiques prennent une place de plus en plus importante dans l’éducation des enfants, autant à l’école qu’à la maison.

Pour autant, les contours de sa définition sont pour beaucoup encore assez flous, et le recours aux jeux pédagogiques divise encore les parents, mais également les spécialistes de l’éducation.

Qu’est-ce qu’un jeu pédagogique ?

Depuis les années 2000, les termes pour désigner les différents jeux pour apprendre se sont multipliés : jeux éducatifs, jeux ludo-éducatifs, jeux pédagogiques, et plus récemment « jeux sérieux » (ou « serious games »).

Que faut-il voir derrière toutes ces terminologies ?

Quelque soit le terme utilisé, il faut bien comprendre que le concept reste le même : choisir des jeux permettant aux enfants d’apprendre tout en s’amusant.

Comme expliqué dans cet article, la particularité du jeu pédagogique est de se focaliser sur un objectif d’apprentissage ou sur une matière précise. 

Pourquoi le jeu pédagogique ?

 Le jeu pédagogique est idéal pour assimiler les connaissances sur le long terme, car il favorise un apprentissage par essais et erreurs qui permet une véritable appropriation des notions.

D’autre part, les jeux pédagogiques permettent aux enfants de progresser à leur rythme, sans pression et sans frustration. Pour les élèves ayant des difficultés à maîtriser certaines notions, le jeu est la manière de débloquer la frustration et de capter l’attention de manière beaucoup plus ludique.

Le jeu pédagogique est donc idéal pour assimiler, approfondir ou vérifier ses connaissances sur une thématique déjà abordée au rythme de l’enfant. Il peut être utilisé à l’école aussi bien qu’à la maison.

« Les jeux pédagogiques ne sont plus des jeux ludiques » : faux !

Une réflexion souvent faite par les détracteurs des jeux pédagogiques. Pour certains, les jeux pédagogiques ne présenteraient qu’un intérêt relatif et pourraient même être contreproductifs dans le développement de l’enfant.

Plusieurs arguments sont alors avancés. Certaines personnes, par exemple, estiment qu’en créant des règles trop strictes, les jeux pédagogiques entravent la spontanéité des enfants et brident leur plaisir pendant le jeu. D’autres vont jusqu’à considérer qu’en incluant clairement un objectif d’apprentissage dans un jeu, on gâcherait totalement le plaisir des enfants et on ne parviendrait plus du tout à bénéficier des bienfaits du jeu pour le développement de l’enfant.

Ce type de généralisations est compréhensive de prime abord, mais pose surtout la question de la qualité du jeu choisi.

Comprenons bien qu’un bon jeu pédagogique est avant tout un jeu permettant à l’enfant de s’amuser, pour mieux attirer son attention. La façon dont on présente un jeu à un enfant est donc importante. Il ne s’agit pas de leurrer l’enfant, comme certains spécialistes ont pu le laisser entendre. Simplement, de lui présenter le jeu pédagogique comme un jeu normal, pour le laisser s’en faire sa propre idée. Vous observerez alors que les enfants ne s’amusent pas moins en jouant à des jeux pédagogiques qu’en jouant avec des camions et des poupées.

Il est contreproductif de pousser un enfant à jouer à certains jeux plutôt qu’à d’autres. Il serait en revanche regrettable de ne pas leur faire essayer de jeux pédagogiques, en anticipant (à tort ou à raison) que ce type de jeux leur déplaira. Offrons de la diversité à nos enfants !

Le deuxième point que j’aimerais soulever est cette opposition entre jeu = plaisir et travail = souffrance. Le travail vient du latin tripalium, littéralement, instrument de torture. Cette assimilation est ancrée en nous, et nous continuons à la transmettre à nos enfants en présentant l’apprentissage comme quelque chose de fastidieux, difficile, et contraignant. Peut-être pourrions nous commencer à véhiculer différents messages aux générations futures pour créer un état d’esprit plus positif.

Le premier de ces messages devrait être le fait qu’il est parfaitement possible de retirer du plaisir de l’apprentissage en lui-même. En choisissant de bons jeux pédago, nos enfants devraient donc prendre plaisir à la fois à jouer et à apprendre, et bénéficier ainsi d’une extraordinaire synergie pour leur épanouissement.  Mais cela n’est envisageable que si nous cessons de considérer que le « déplaisir » d’apprendre annule le plaisir de jouer.